Un article pas comme les autres

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toutes les raisons d’être solidaires à la Caraïbe

Un article pas comme les autres en cette période cyclonique ayant causé pertes humaines et dégâts matériels dans le nord de la Caraïbe. Parmi les îles les plus touchées : Anguilla, Antigua, Barbuda, Cuba, HaïtiInagua, la République dominicaine, les Îles Viergesles îles Turks et Caïques, Saint Barthélemy, Saint Kitts & Nevis et Saint Martin.

Le revers de la médaille d’un paradis sur Terre

À la Caraïbe – cette destination aux paysages paradisiaques aux yeux du monde – la nature donne régulièrement des piqûres de rappel quant à sa dangerosité :

Les ouragans
Des images et vidéos suite au passage de l’ouragan Irma qui font froid dans le dos, surtout pour les îles cette fois-ci épargnées, qui ont vécu un phénomène naturel d’ampleur similaire (ex : ouragan Dean, Martinique-2007).

Les séismes (imprévisibles)
Les délimitations Nord, Sud, Ouest et Est de la plaque tectonique de la Caraïbe sont toutes des failles géologiques pouvant frapper avec une rare violence (ex : séisme, Haïti-2010).
À l’inverse des ouragans, les séismes restent pour l’heure imprévisibles malgré les efforts de la recherche scientifique.

Les éruptions volcaniques
Il y a des volcans dont les éruptions sont agréables à regarder de très près, comme à la Réunion dans le Pacifique. En revanche, aux Antilles, ce n’est pas le cas. Un volcanisme explosif pouvant dévaster la totalité d’une île sinon la moitié. (ex : éruption volcanique à Montserrat-1997).
Fort heureusement, les éruptions volcaniques sont prévisibles et les techniques de surveillances permettent d’évacuer les zones à risques avec un certain temps d’avance.

Bien que la Caraïbe soit une destination de rêve aux yeux de beaucoup, elle reste néanmoins régulièrement affectée par des phénomènes naturels redoutables.

Reconstruction ? Pour le meilleur ou pour le pire ?

Irma ayant rasé bons nombres des îles du Nord sur son passage, les reconstructions sont naturellement déjà dans les esprits.

Une chose est sûre, l’ouragan a fait passer un message plutôt limpide : les modes de construction doivent être adaptés à une nature qui peut se montrer très hostile.
Est-il vraiment logique de construire de lourdes structures en zone côtière ? Faut-il continuer de raser des mangroves à des fins commerciales ? Une fois que les reconstructions auront démarré, seront-elles parasismiques ? Peut-on reconstruire plus fort, face à des phénomènes naturels qui semblent s’intensifier ? Quoi qu’il en soit, il faudra reconstruire intelligemment tout en composant avec au mieux avec la nature.

Solidarité : la nécessité de s’entraider entre les nations de la Caraïbe

Bien qu’il semblerait y avoir des zones mieux loties que d’autres à la Caraïbe, ouragans, séismes et éruptions volcaniques peuvent prendre n’importe quelle nation de court. Il y a une nécessité pour chaque nation d’être prête en cas de catastrophe naturelle, mais surtout, prête à venir en aide à sa nation voisine. La nature pouvant frapper où elle le souhaite, c’est une nation aidée aujourd’hui qui sera fière de pouvoir rendre la pareille à l’avenir.

On peut saluer la solidarité intra-caribéenne qui force l’admiration. Tout comme ces unités parties aux secours des habitants des îles du Nord en provenance de Cuba, de Martinique, de Guadeloupe et de Curaçao entre autres.

Pour une Caraïbe forte !

Wilfried

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :