GÉOTHERMIE – Énergie la plus efficace aux Antilles Orientales

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il existe deux classes majeures d’énergies renouvelables : énergies de base & énergies intermittentes.

Les énergies intermittentes dépendent de facteurs externes. Le photovoltaïque dépend de l’ensoleillement; les éoliennes sont à la merci du vent; les hydroliennes sont tributaires des courants marins. En revanche, Les énergies de base ne dépendent pas des facteurs externes tels que les conditions météorologiques.

La Géothermie, Énergie de base par excellence !

La Géothermie correspond à l’énergie de base par excellence. C’est une énergie disponible de jour comme de nuit, 24h/24 et 7j/7, indépendamment des conditions climatiques. Développer la géothermie ne nécessite l’importation d’aucun élément externe, si ce n’est que la connaissance et l’expertise des pays pionniers dans ce domaine.

Je pense que toutes les énergies respectueuses de l’environnement doivent trouver leur place dans le mix énergétique dans la Caraïbe. Cependant, étant Géologue spécialisé en exploitation des réservoirs naturels profonds (pétrole, gaz, eau), j’ai logiquement un très grand intérêt pour la Géothermie. Cette énergie est de loin  la plus efficace, et donc la plus rentable en zone volcanique. Ça tombe bien, les paysages de la Caraïbe sont façonnés par des édifices volcaniques.

Paradoxalement cette énergie est délaissée. D’un point de vue “marketing”, on entend plus souvent parler de photovoltaïque et d’éolienne que de géothermie. Pourtant, la géothermie peut facilement offrir une efficacité énergétique démesurée. Cherchez l’erreur! À la Dominique (d’où provient la photo de cet article – Boiling Lake), l’activité volcanique est si importante, que la Géothermie pourrait non seulement couvrir la totalité des besoins énergétiques des habitants, mais surtout fournir les îles voisines (Martinique, Guadeloupe) en électricité. Scénario impensable avec l’utilisation d’éoliennes et de panneaux solaires.

Bien que la géothermie se fasse très/trop discrète, il faut tout de même noter son développement dans plusieurs pays. En ce moment même, de très gros efforts sont fournis en Guadeloupe pour développer cette énergie verte. La Guadeloupe pourrait avoir un rôle exemplaire à la Caraïbe d’ici quelques années.

Les îles volcaniques de l’arc des Petites Antilles ayant toutes le même patrimoine géologique, un potentiel géothermique existe sur chacune d’elles. À la Martinique, les manifestations naturelles en surface de la géothermie, ne sont pas aussi frappantes qu’à la Dominique. Tout comme pour beaucoup d’autres îles de l’archipel. Cela ne signifie pas que le potentiel énergétique n’est pas présent. Au contraire, cela peut signifier que la chaleur est préservée à grande profondeur. En effet, chaque manifestation en surface représentant l’activité géothermique correspond à une déperdition de chaleur, et donc au refroidissement de la source. Il est donc fort probable que le manque de signes d’activité géothermique en surface soit une très bonne chose.

Stay Tuned!

Wilfried

6 Commentaires

  1. Manuéla DESTIN

    Merci pour ce travail et ces informations , qui nous aident à mieux comprendre et nous permettent souvent de prévenir plutôt que guérir.

    Bisous Wil

    Répondre
    1. Wilfried (Auteur de l'article)

      Hello Manuéla,
      Merci!! Tout le plaisir est pour moi! 😉

      Répondre
  2. Queennie lion

    Magnifique, alors à quand le brevet pour l’exploitation et nous permettre d’accéder à cette indépendance énergétique naturelle

    Répondre
    1. Wilfried (Auteur de l'article)

      Salut Queennie lion,

      Merci pour le commentaire.

      “À quand ?”
      Très bon sujet de conversation. Surtout vis à vis des objectifs qui nous (nous = Zones Non Interconnectées telles que la Martinique et la Guadeloupe) sont imposés par la COP 21, à savoir : 50% d’autosuffisance énergétique via le renouvelable d’ici 2020.

      Pour ce qui est de la Martinique, quelques puits ont déjà été forés. Les résultats n’étaient pas exceptionnels, mais tout de même très encourageants à mon sens – dans la plaine du Lamentin par exemple. Dans ce genre de situations, il est assez rare de toucher le jackpot dès le premier coup. Il est donc nécessaire de pousser un peu plus loin pour trouver la poule aux oeufs d’or.

      Entretemps, plusieurs problématiques doivent être traitées. Par exemple les financements, l’information, l’acceptation par la population etc. Autant d’éléments qui permettront une parfaite valorisation du sous-sol martiniquais et qui seront traités ici, au fil des articles.

      Wilfried

      Répondre
  3. Telusson

    La nouvelle génération en parle de nos jours. Des énergies propre à la télé, du photovoltaïque et des éoliennes. La géothermie semble plus économique pour les caraïbes d’après votre connaissance.
    Il reste à savoir qui sont ceux qui peuvent lancer un tel chantier pour les caraïbes …

    Répondre
    1. Wilfried Bero (Auteur de l'article)

      Salut Telusson !

      Sur les îles volcaniques essentiellement. Donc ça s’adresse surtout aux îles des Petites Antilles. Mais encore faut-il que toutes les conditions soient réunies : conditions au niveau du sous-sol mais aussi au niveau du gouvernement – le sous-sol lui appartenant.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :